04 mars 2008

la tête en l'air

Lorsque le verbe décline, que la cité vacille et s'en retrouve bancale, quand les voyants sont au rouge et la populace dans le noir, quelle autre solution, alors, pour les jets privés, que de lacérer l'azur direction le pognon. Aussi, oui ! vous avez raison :"partez ! grand dadais... partez" !Après tout, dès lors que l'odeur s'en est allée, les mouches s'envolent !Les autres, les perdus, les poètes, les rêveurs, les amoureux aussi, resteront là, comme ça, la tête en l'air, les... [Lire la suite]
Posté par pingpong à 13:30 - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 mars 2008

surréalisme

Marcel Duchamp ayant, tout de même, réussi à le transposer en œuvre d'art en l'exposant dans un musée, il doit donc être également possible d'en faire un symbole politique fort, reconnaissable, voire même "ostentatoire", en l'introduisant dans un palais. En lui appliquant une griffe bien "bling-bling", il se confond même avec un trône. Quoi de plus naturel alors que de le placer... disons dans un palais présidentiel.Reste ensuite à lui trouver son roi. L'idéal serait un monarque de petit acabit de façon à ne... [Lire la suite]
Posté par pingpong à 23:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 mars 2008

zéphyr

Il fait frais ce matin. C'est agréable. Une petite brise vivifiante caresse les joues. Une brise légère. De celles qui font s'envoler le duvet des fleurs de pissenlit, les bulles de savon, les songes. De celles qui emportent les rires, qui sèchent les larmes, qui emmêlent les cheveux.   Une brise délicate et fragile, qui ose effleurer innocemment les drapeaux de la droite vers la gauche.
Posté par pingpong à 13:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]
24 mars 2008

"Des yeux qui font baisser les miens" (E. Piaf)

[... la vie en rose.Paradoxalement, ce sont six lettres, au fond si triste, qui donnent vie à cette scène absurde.]
Posté par pingpong à 13:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]